@MemePasGarantie
Présentation Présentation Twitter MPG Google + Web y es-tu ? Contactez MPG

Nids des Vosges : des cabanes écolos tout confort

Reportage

[Publié en juin 2011, dans le cadre d'un stage universitaire pour LorraineAUcoeur.com, sous le pseudo "Alicia"]

À l’heure où le calme peut parfois devenir un luxe, et l’écologie se confondre avec le commercial, François Horcholle a fait germer en lui un projet qui pouvait sembler étrange de prime abord : offrir aux visiteurs un concept de cabanes dans les arbres entièrement naturelles mais néanmoins douillettes. Inutile de sortir son costume de trappeur pour passer une nuit en pleine nature, l’écologie s’adapte également aux temps modernes.

Un projet en terre vosgienne

François Horcholle a beaucoup « vadrouillé » comme il le dit lui-même : sa carrière dans le tourisme l’a mené parfois bien loin de notre Lorraine. Après la Bretagne, et même Tahiti, ce vosgien d’origine rentre au bercail, tel Ulysse, riche de ses fabuleux voyages avec, dans un coin de sa tête, une idée. Celle de créer un lieu unique qui allierait deux de ses passions, le tourisme et l’écologie, dans lequel il poserait enfin ses valises et accueillerait volontiers celles et ceux qui désireraient découvrir les Vosges.

Des hébergements originaux ? Dans les Vosges ? Et pourquoi pas carrément dans les arbres ? L’idée prend forme. Ainsi, au bout d’un an de recherche avec son ami alsacien Yvan Muller, il trouve la perle rare : le terrain qui répond aux nombreuses spécificités du projet : un espace calme et naturel, situé dans un cadre touristique intéressant et qui permet, d’un point de vue légal, de telles constructions. L’aventure Nids des Vosges débute donc à Champdray, à moins de 10 km de Gérardmer.

Luxe, calme et… nature

Pour définir précisément son projet, François Horcholle va dormir dans beaucoup d’installations similaires un peu partout en France, il interroge également les gens et recueille leurs avis. Rapidement une vérité s’impose à l’équipe : les hivers vosgiens ne sont pas les mêmes qu’à Tahiti, et pour rester ouvert toute l’année et accueillir des skieurs, il va falloir chauffer et donc isoler. Cette constatation est le point de départ d’une réflexion sur le confort à offrir aux visiteurs. Après tout, personne n’a dit qu’une cabane devait forcément être rudimentaire.

« Avec l’idée de mettre du chauffage, on se plaçait déjà au-dessus de la norme des cabanes habituelles, alors on a réfléchi à ce qu’on pouvait mettre en place dans nos nids de façon à rester fidèles au concept initial, nature et originalité, tout en offrant un espace pratique et agréable pour les visiteurs. On s’est dit que personne ne se plaindrait de trop de confort ».

À chacun son nid douillet

Telles de curieux fruits poussés au-dessus du sol, les cabanes (6 actuellement, 10 dans l’avenir) se sont peu à peu dotées d’équipements. « Les entreprises se sont prises au jeu : elles ont accepté de construire du mobilier à la fois original et confortable. » L’isolation a été faite en bois, les douches individuelles sont carrelées de pierre, les plans de travail des coins cuisine, traités à l’huile de lin. « Le but n’était pas non plus de faire un chalet, il n’est pas question que les gens trouvent la même chose dans les nids que ce qu’ils ont chez eux. » C’est pourquoi, un soin tout particulier à la décoration a été apporté, toujours dans une optique non polluante et inédite pour les visiteurs.

Chaque cabane a sa spécificité, il y a des cabanes familiales à 4-5 mètres de hauteur et des cabanes pour amoureux un peu plus hautes. On y accède, selon les nids, par un escalier qui s’enroule autour de l’arbre, des ponts suspendus, des pontons décorés dont un est accessible à tous et recevra prochainement la validation de la norme handicap.

Dans la forêt lointaine…

Que seraient ces nids perchés si le cadre qui les accueillait n’était pas à leur hauteur ? La forêt de pins sylvestres, toujours verts, et sa clairière centrale qui laisse filtrer la lumière vers les cabanes, participent eux aussi au dépaysement des voyageurs. Seul accès à cet espace naturel, une route peu fréquentée qui les mène au parking où les véhiculent resteront sagement à 50 mètres des habitations.

Avec le cadre, le patrimoine touristique alentour est également un aspect intéressant du site. Circuits de randonnées, raquettes, jeux de piste pour petits comme pour grands… Aux portes du ballon des Vosges et à 15 minutes de Gérardmer, ceux qui le souhaitent pourront aisément trouver à s’occuper sur place ou à l’extérieur du lieu.